Mission - Commissions - IASCOME

Une Alliance pour la Communion dans la Mission

French

La Commission de Lambeth, dans le Rapport Windsor a recommandé et exhorté les primats à considérer l’adoption par les églises de la Communion d’une alliance anglicane commune qui rendrait explicite et énergique la loyauté et les liens d’affections qui gouvernent les relations entre les églises de la communion.

IASCOME a discuté des façons pour faire avancer les impératifs missionnaires de la Communion suivant le processus de Partenaires-en-Mission (PIM), et de la Décennie  sur l’Évangélisation.  L’idée d’une alliance sur la mission dans la Communion a émergé comme une proposition-clé.  Nous croyons qu’une alliance qui enchâsserait des valeurs de la mission commune qui pourraient être utilisées comme une base pour des relations entre les églises, les organisations les sociétés missionnaires, et les réseaux de la Communion, et serait  un important foyer d’unité dans la mission pour la Communion Anglicane.

Dans la Bible, les alliances sont centrales dans l’Ancien Testament dans la relation de Dieu avec Noé, Abraham, Moïse, et le peuple d’Israël.  Jérémie et Ezéchiel prédisent la venue d’une nouvelle alliance – dans laquelle Dieu donnera à son peuple un nouveau cœur et une nouvelle vie, et marchera avec eux, et eux avec lui.  Dans le Nouveau Testament, Jésus inaugure cette nouvelle alliance.  Elle a été marquée par le sacrifice de la Croix, célébrée dans le repas chrétien central de l’Eucharistie, et rendue effective par la résurrection de Jésus le Christ pour tous les peuples et une fois pour toutes.

IASCOME a considéré en profondeur la nature de l’alliance.  Nous avons reconnu que dans nos cultures une alliance est un accord sérieux et significatif.  Les alliances sont fondamentalement des relations dans laquelle l’on se donne soi-même volontairement, alors que les contrats peuvent être vus comme des documents légalement contraignants.  Dans les alliances, les parties s’offrent volontairement, tandis que les contrats lient des entités sous la supervision d’une autorité extérieure.  Les alliances sont relationnelles, relations entre les parties, relations avec et devant Dieu. 

Comme églises anglicanes, nous avons une tradition d’alliance qui aide à définir nos relations œcuméniques avec d’autres églises, tels que l’accord de Porvoo entre l’église d’Angleterre et les églises luthériennes Baltes, et celui  entre l’Église Épiscopale des Etats-Unis d’Amérique et l’Église Luthérienne Évangélique de l’Amérique.

Nous recommandons pour considération par le Conseil Consultatif Anglican et expérimentation dans la Communion l’alliance suivante avec ses neuf points. Nous croyons qu’elle fournit la base pour les accords entre les églises anglicanes au niveau national – mais peut-être aussi utilisée par les paroisses/congrégations locales, les mouvements de mission, les réseaux, et les liens diocèses compagnons de la Communion, etc.  Nous croyons que cette Alliance pour la Mission dans la Communion liera la Communion d’une façon plutôt différente que ce qui est envisagé par le rapport de Windsor.

L’alliance est délibérément générale dans ses principes.  Dans sa compréhension de la mission qu’elle construit sur les Cinq Marques de la Mission de 1984 et 1990 du Conseil Consultatifs Anglican, elle fournit un cadre à l’intérieur duquel ceux qui y entrent  peuvent identifier des tâches et priorités spécifiques à leurs situations particulières.

Une Alliance pour la Mission dans la Communion

Cette alliance donne du sens à notre appel commun de prendre part à la mission de  guérison et réconciliation de Dieu pour un monde béni, mais blessé et meurtri.

Dans nos relations en tant que sœurs et frères anglicans dans le Christ, nous vivons dans l’espérance de l’unité apportée par Dieu à travers Jésus, par le pouvoir de l’Esprit Saint.

Le préambule reconnaît que le monde,tout en étant une grâce de Dieu, est aussi troublé et bouleversé ; mais Dieu, à travers Jésus Christ et par la puissance du Saint Esprit, cherche sans cesse à guérir ses plaies et refaire son unité.  Le préambule nous rappelle qu’ en tant que chrétiens, nous sommes appelés à partager la Bonne Nouvelle avec le monde entier comme témoins du royaume d’amour, de justice et de joie inauguré par Jésus. 

Nourris par l’Ecriture et les Sacrements, nous nous engageons à :
A faire reposer cette alliance de neuf points l’Écriture et les sacrements donnant la direction et la force nécessaires aux partenaires de l’alliance dans leur cheminement.

  1. Reconnaître la présence Jésus dans le contexte et la vie de l’autre :
    l’alliance commence avec Jésus Christ, la source  et l’inspiration de notre foi et vocation pour travailler ensemble dans la mission, chercher,  reconnaître, apprendre les uns des autres, et se réjouir ensemble de la présence du Christ dans le travail, la vie et situation de l’autre.
  2. Se soutenir mutuellement dans notre participation à la mission de Dieu :
    Nous ne pouvons pas servir la mission de Dieu dans l’isolement et appelons le soutien et l’encouragement mutuels dans nos efforts.
  3. Encourager les expressions de notre nouvelle vie dans le Christ :
    ceux qui entrent dans l’alliance doivent s’encourager les uns les autres pendant qu’ ils développent de nouvelles compréhensions de leur identité dans le Christ.
  4. Se rencontrer pour célébrer ce que nous avons en commun et é chercher à nous entendre sur nos divergences et désaccords :
    organiser des réunions face-à-face dans lesquelles perspicacité et expérience peuvent être partagées et les difficultés surmontées.
  5. Etre prêt à changer en réponse aux critiques et aux défis des autres :
    u fur et à mesure que les défis se présentent, nous aurons besoin de changer, car l’appartenance au Christ est profondément ancrée dans l’expérience de la mission et la rencontre avec ceux-là avec qui sont dans l’alliance.
  6. Célébrer nos forces et porter le deuil par-dessus nos échecs :
    honorer et célébrer nos succès, mais aussi reconnaître et nommer notre tristesse et nos échecs dans l’espérance de réparer et de réconcilier.
  7. Partager équitablement nos ressources que Dieu nous a données : 
    Pas seulement l’argent et des missionnaires, mais aussi les idées, prières, réussites, défis, l’enthousiasme.
  8. Travailler ensemble pour la durabilité de la création de Dieu :
    Dieu se préoccupe non seulement des humains mais aussi de la création tout entière. Aussi sommes nous appelés à lutter pour l’intégrité de la création, à soutenir et renouveler la vie dans notre environement.
  9. Vivre dans la promesse de la réconciliation de Dieu pour nous et pour le monde :
    Vivre dans l’espérance d’un monde réconcilié, une espérance qui fait en sorte que la volonté se manifeste sur la terre et dans les cieux, comme Jésus nous l’ a enseigné

Nous faisons cette alliance dans la promesse de notre responsabilité mutuelle et d’interdépendance dans le corps du Christ.

La conclusion fournit un rappel fort que nous avons besoin que chacun soit responsable de l’autre, et soit mutuellement entre protégé dans le corps du Christ.

IASCOME propose que le ACC recommande l’Alliance pour la Communion dans la Mission aux églises de la Communion Anglicane, pour étude et action, et la remet au prochain IASCOME pour évaluer l’accueil qui lui est fait à travers la Communion et son exécution. IASCOME propose également que le ACC avance l’alliance pour la communion dans la mission de l’ensemble des tâches de la communion anglicane, pour continuer la considération d’alliances pour la communion anglicane comme recommandée par le rapport de Windsor et le communiqué des primates en février 2005.  Rencontrer à cette fin, IASCOME présente la résolution suivante pour l’adoption par ACC-13 :

La résolution de ACC – Le Conseil Consultatif Anglican :

  1. Recommande l’Alliance pour la Mission dans la Communion aux églises de la Communion Anglicane pour étude et application, comme une vision pour la fidélité anglicane à la mission de Dieu.
  2. Fait la promotion de cette alliance telle que recommandée par le rapport de Windsor et le communiqué des primats de février 2005.
  3. Remet cette alliance au prochain IASCOME pour contrôler les réponses et évaluer l’efficacité de son application pour la Communion dans la mission à travers le monde